Amélioration des conditions de travail lors de la vaccination : une attente forte des éleveurs

La vaccination, un acte fréquent et chronophage

Une séance de vaccination mobilise au moins deux personnes dans 73% des cas. 3 personnes et plus sont même nécessaires pour 17% des élevages.

30% des opérateurs concernés disent ne pas avoir suivi de formation spécifique à cet acte.

Dans la moitié des élevages, la vaccination revient toutes les 3 semaines, voire de manière plus rapprochée (tous les 15 jours voire toutes les semaines) dans 17% des cas.

Une semaine de travail par an et par opérateur

Le temps passé à la vaccination est de plus de 2 heures dans 60% des cas, allant même jusqu’à plus de 4h dans 5% des élevages interrogés.

Cela représente donc en moyenne sur l’année une semaine de travail par personne dédiée à la vaccination, soit 2 personnes immobilisées pendant 1 semaine par an et par élevage.

Comment percevez-vous la vaccination ?

Rentable, mais surtout pénible

36% des éleveurs perçoivent la vaccination comme une contrainte, même si la plupart sont conscients de son intérêt technico-économique.

Selon vous, le confort peut-il être amélioré ?
(en % des éleveurs ayant répondu)

Votre attente : améliorer vos conditions de travail

L’écrasante majorité des éleveurs interrogés pense que leur confort de travail peut être amélioré lors de la mise en place de la vaccination.

Les points essentiels à améliorer sont la pénibilité, qui obtient une majorité de 10/10, et la simplification du process qui obtient une majorité de 8/10.

76% des éleveurs répondent vouloir améliorer leurs conditions de travail lors de la vaccination.

Plus la taille de l’élevage est importante, plus grande est la proportion d’éleveurs à la recherche de solutions pour faciliter leur travail

Notes moyennes d’importance des critères d’amélioration d’une séance de vaccination
(Note d’importance de 0 à 10)

La vaccination : un acte rentable, mais aussi pénible. Des progrès restent encore à faire en matière d’amélioration des conditions de travail en élevage porcin, et notamment lors de la vaccination. Voici les principaux enseignements de notre 1ère enquête.

GP/FR/OSW/0716/0030